• Le mythe de l'Exode...

    Atelier Esprit et Matière sur le thème du Processus d'Individuation à travers l'Exode et les 10 plaies d'Egypte

     

    Présentation de l'atelier

    Tableau de Chagall, Moïse.

    L'Exode est un des mythes fondateurs de la culture judéo-chrétienne

  • Qu'est-ce qu'un mythe ?

    Un mythe est une métahistoire qui rend compte d'une réalité supérieure: la vie des archétypes.

    Qu'est-ce qu'un archétype ?

    Un archétype est une des formes actives que prend l'énergie vitale qui est à l'oeuvre dans l'univers comme dans la psyché humaine. Cette énergie vitale Jung la nomme libido.

    Pour rester dans la tonalité du mythe, l'archétype est la puissance créatrice de Dieu, qu'il a accordée à l'homme pour réaliser des prodiges.Ce pouvoir créateur peut s'orienter vers la Lumière ou vers l'Ombre, comme nous le montrent les deux personnages archétypaux du mythe, Moïse et Pharaon. Car un archétype est un pattern universel, une énergie brute, qui n'a aucune morale, en raison de sa nature transcendante, l'homme ne peut ni le percevoir ni l'appréhender. C'est pourquoi, la responsabilité des hommes est de développer des qualités psychiques qui lui permettront d'accueillir cette énergie, qui épouse leurs psychés dans l'état où il la trouve. Jung nomme cette responsabilité: le Processus d'Individuation.

     

    Qu'est-ce que le Processus d'Individuation ?

    il est l'archétype de l'émancipation de la psyché collective.

    Dans la conception de l'appareil psychique de Jung, il met en mouvement les autres archétypes constitutifs de la psyché, à savoir la Persona, l' Ombre, l'Animus et l'Anima et le Soi, pour aboutir à l'avènement d'une personne mature, singulière et unique, dont la totalité psychique est un gage d'autonomie et de complétude.

    C'est un chemin d'éveil qui invite à la réalisation de son intériorité et à un retour à sa nature ontologique.

    L'idée-force d'un mythe est de nous rappeler avec un langage symbolique, que si les animaux et les hommes font l'expérience de l'individualité, seul l'homme peut s'individuer.

    Qu'est-ce que le mythe de l'Exode ?

    L'Exode est un récit biblique, un des mythes fondateurs de la culture judéo-chrétienne.

    Il témoigne sur le plan historique de la migration du peuple hébreu, de l'Egypte à la terre promise, en pays de Canaan, sous la guidance du prophète Moïse. Au plan symbolique, il relate les étapes du Processus d'Individuation d'un collectif qui aspire à s'émanciper des forces obscures de l'inconscient qui le maintiennent en esclavage, pour se réaliser en tant que peuple singulier et autonome.

    L’Exode tel que la Bible le décrit, est un récit de dimension mythique qui appartient à tous les temps historiques et illustre métaphoriquement la condition humaine. Il rend compte de la vie de certains archétypes: nous assistons au Processus d'Individuation de tout un peuple, sommé de s'émanciper du despotisme de Pharaon, archétype du tyran, grâce à l'autorité d'un homme, Moïse, archétype du guide . Ces deux hommes s'affrontent comme les versants opposés d'une même réalité. Moïse est l'ombre de Pharaon et Pharaon est l'ombre de Moïse. Je rappelle qu'un archétype est capable du pire comme du meilleur, à l'identique de l'homme.

  • Le livre de l'Exode

    Il est le deuxième livre de l'Ancien Testament qui en comprend cinq. C'est un ensemble de textes sacrés pour les trois grandes religions monothéistes que le Judaïsme nomme la Torah , le Christianisme, la Bible et l'Islamisme, Le Livre.

    Le livre de l'Exode décrit le chemin de vie du prophète, Moïse, auteur présumé de tous les témoignages consignés dans ces saintes écritures.

    Si vous souhaitez un complément d'information, cliquez ici

     

     

  • La version historique du récit biblique

    Il s'agit d'une synthèse du récit biblique, le livre II de l'Ancien Testament, intitulé l'Exode.

    Dans sa version historique, le mythe relate que la situation des Hébreux en Égypte a beaucoup changé depuis la venue dans ce pays de Joseph fils de Jacob (cf. la genèse, 37-50). Un nouveau pharaon « qui n’a pas connu Joseph » (EX, 1,8) règne sur le pays et réduit les enfants d’Israël en esclavage. Moïse, enfant trouvé sur Le Nil par la fille de Pharaon, puis élevé à la cour royale, doit fuir l’Égypte pour le meurtre d’un égyptien qu’il avait surpris en train de maltraiter un Hébreu. Il se réfugie dans le pays de Madiân où il épousera Sephora, la fille du prêtre Jethro. Il aura deux fils Gershom et Eliezer. Il partage la vie des nomades en gardant les troupeaux. Après l’épisode du buisson ardent, durant lequel Dieu lui apparaît et lui commande de libérer les israélites, il revient en Égypte. Avec son frère Aaron, il se rend à la cour de pharaon pour demander l’autorisation de célébrer une fête dans le désert ce qui supposait la cessation du travail trois jours durant. Pharaon qui jouit d’une main d’œuvre exceptionnelle et gratuite selon le texte biblique, s’y opposera farouchement ; il ira jusqu’à renchérir sur la pénibilité de la tâche en imposant aux hébreux en plus de la fabrication des briques l’obligation d’aller eux-mêmes, faucher la paille pour les confectionner.

    Dès lors, les rapports entre Moise et Pharaon se dégradent, les prodiges et les afflictions se succèdent. Les grandes épreuves qui vont s’abattre sur L’Égypte pour faire plier Pharaon devant la volonté de Dieu, sont connues sous le nom des 10 plaies d’Égypte. À leur terme le peuple hébreu libéré, débutera un exode de 40 ans en direction de la Terre promise, au pays de Canaan dans le respect du décalogue à savoir les 10 commandements gravés dans la pierre, les Tables de la loi, que Moïse reçut de Dieu sur le mont Sinaï. Avec le soutien du divin, le peuple hébreu quitte l’Égypte et sa condition d’esclave, fêté encore aujourd’hui par la Pâque juive.

    La version symbolique

    Dans sa version symbolique, le mythe de l’Exode décrit le Processus d’Individuation d’un collectif.

    Un peuple tenu en esclavage, le peuple hébreu, par un autre peuple, le peuple égyptien et deux hommes qui les guident dans des directions diamétralement opposées. L’une de ces directions est fatale.Ces lieux et ces personnages sont les éternels témoins d’une condition humaine esclave des forces inconscientes qui l’anime et nous indiquent le chemin pour en sortir.

     

    L'homme animé et orienté par les forces inconscientes, est capable du pire comme du meilleur.

    L’homme est aspiré et inspiré par l’inconnu. Sa réponse à cet appel peut engendrer les plus belles réalisations (pont de Millau, Concorde, IRM), comme les plus grandes catastrophes (Hiroshima, le gaz moutarde, les marées noires, les guerres bactériologiques.)

    On peut se demander alors ce qui fait pencher la balance dans un sens ou dans l’autre ?

    La réponse est la même que celle que proposée par Rabelais dans son Pantagruel en 1542 : la Conscience… « Car science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » La Sapience, ou la science de Salomon n’entre point « en âme malivole » (nuisible en français actuel).

    Dans le mythe de l'Exode, Pharaon et Moïse témoignent de deux états psychologiques différents, deux niveaux de conscience opposés : la première orientée vers « le dehors », fascinée par le monde des apparences, et la seconde nourrie par « le dedans », l’intériorité. Si Pharaon correspond au Moi identifié exclusivement aux possessions, aux attributs du pouvoir, aux avoirs, à la domination, vivant dans l’ignorance de son ombre, Moïse est quant à lui, l’archétype de l’homme émancipé des forces inconscientes qui l’asservissent. Le premier est un angoissé de la vie qui cherche à se rassurer par la domination, la possession et la gloire acquise de l’extérieur. Il organise ainsi sa dépendance et maintient son angoisse de vivre intacte. Le second a découvert que les forces inconscientes ignorées lui assuraient une mort psychique, occultant sa nature ontologique qui l’invitait à la jouissance, à la gratitude, au contentement et à la plénitude et il va s’orienter en conséquence.

     

    Ce mythe nous propose un véritable Processus d'Individuation en 10 étapes et trois stades de maturité psychoaffective de l'homme.

    L'homme de paille, symbolisé par l'égyptien, sans grande consistance et préoccupé uniquement de ses besoins alimentaires.

    L'homme de brique, symbolisé par Pharaon, obsédé par ses possessions, et par l'hébreu, qui trouve une sécurité immédiate dans ses avoirs et son aliénation à l'environnement.

    L'homme de pierre, symbolisé par Moïse , homme mature et sage, à l'écoute de son intériorité, conscient du chemin à parcourir pour s'individuer et qui s'emploie à apprivoiser les forces de l'inconscient qui l'animent et l'orientent.

    La correspondance entre les maladies noétiques, les 10 plaies et le Processus d'Individuation.

    Chaque plaie est une révélation qui permet à l'homme de réaliser qu'il fait l'expérience de ce qu'il n'est pas, pour découvrir qui il est. Le Processus d'Individuation est le passage du statut d'Objet à celui de Sujet, de l'immaturité psychoaffective à la maturité, de l'angoisse de vivre à la gratitude d'être vivant, de la bonne conscience à la conscience, d'une âme psychique à une âme spirituelle, afin qu'advienne l' Homme.

    Tableau des correspondances

    Les 10 plaies du récit biblique sont en fait 9 merveilles et 1 épreuve

    Une traduction erronée de la Bible hébraïque nous a privé des vertues pédagogiques du mythe.

    Dans la traduction grecque de la Bible, le mot " plaie" synonyme de calamités et de catastrophes s'est substitué au mot "merveille", utilisé par la Bible hébraïque.Cette substitution génère un contresens qui donne au mythe un aspect exclusivement punitif et stérile, et exclut la révélation du pouvoir créateur d'un homme accompli et à fortiori de toute une communauté. Chaque individu est invité à la maturité psychoaffective et au respect des lois de la vie, ce que Jung nomme le Processus d'Individuation. Et il en est de même pour un collectif, un peuple, une nation, une organisation...

     

    Les 10 plaies sont la conséquence des maladies dont notre âme souffre.

    La nature ontologique de l'âme ou de la psyché est désertée, ce qui condamne la communauté des hommes à l'errance psychique et à une condition humaine souffrante, pesante et absurde.

    La nature de l'âme ou de la psyché, nous inscrit dans la Santé, la Jouissance, la Gratitude, l'Autonomie, la Maturité , la Sagesse, la Conscience, la Puissance créatrice, la Joie d'être et la Connaissance. Mais toutes les identifications à nos pensées, à nos vécus, à nos histoires et à nos émotions ont figé l'énergie vitale, que Jung nomme libido, et affamé nos âmes. Privé de la jouissance d' être, l'homme, condamné à l'existence, multiple des stratégies compensatoires, les faux-selfs, les projections de ce qu'il n'assume pas de ses boues psychiques sur l'environnement, qu'il juge inlassablement et accuse d'être à l'origine de sa condition détestable. Ainsi, il s'enferre dans un narcissisme destructeur, à l'instar de Pharaon, emmuré dans ses cuirasses énergétiques qui empêche la libido de circuler librement.

     

    Chaque plaie infligée à Pharaon résulte d'une entorse à la nature ontologique de son âme, d'où son infortune.

    La symbolique des 10 plaies fait référence à des maladies noétiques à savoir des maladies de l’âme. En effet quand les lois de la vie sont transgressées, la conséquence ne se fait pas attendre. Les 10 plaies de l’Exode sont vécues par Pharaon et son peuple comme des calamités, elles sanctionnent le non-respect des 10 paroles ou dix commandements. Je ne ferais que les évoquer ici, mais si nous mettons de côté tout prosélytisme religieux ces derniers constituent un code de conduite universel à l’œuvre dans l’inconscient collectif. Et c’est dans ce sens que j’y fais référence.

  • Les maladies noétiques et les 10 plaies

    Si lire est fastidieux, alors écoutez...

  • Le mythe de l'Exode en images contemporaines

    Les eaux changées en sang

  • Les grenouilles

    La vermine

  • L'insecte

    La peste

    La lèpre

  • La grèle

    Les sauterelles

    Les ténèbres

    La mort des premiers-nés

  • Le mythe de l'Exode transposé aux organisations

    Ouvrages disponibles

    Le décalogue du dirigeant

    Dans sa version audio, comme dans sa version papier, je dis que l’homme projette sur les systèmes et les organisations qu’il crée, la représentation qu’il a de lui-même. Je vous propose une relecture du mythe de l’Exode pour illustrer ce qui advient lorsque le Processus d’Individuation est à l’œuvre ou à l’arrêt, tant pour l’individu que pour un collectif. Je considère le mythe comme une métahistoire qui rend compte d’une réalité supérieure que l’homme moderne s'entête à ignorer, et cela à ses dépens.

    Commander la version audio

    Commander le livret

    Le Processus d'Individuation

    Dans sa version audio, comme dans sa version papier, je dis que l’homme projette sur les systèmes et les organisations qu’il crée, la représentation qu’il a de lui-même. Je vous propose une relecture du mythe de l’Exode pour illustrer ce qui advient lorsque le Processus d’Individuation est à l’œuvre ou à l’arrêt, tant pour l’individu que pour un collectif. Je considère le mythe comme une métahistoire qui rend compte d’une réalité supérieure que l’homme moderne s'entête à ignorer, et cela à ses dépens.

    Commander la version audio

    Commander le livret

     

    Article sur le Processus d'Individuation... cliquez ici

     

  • Participer à l'atelier Esprit et Matière

    sur ce thème

  • Découvrez d'autres thématiques

    Consulter notre site

  • Coordonnées

    Dominique Baumgartner

    06.08.26.08.92

    dominique.baumgartner@cree-coaching.com

    26 avenue du Belvédère- 93310- LE PRÉ SAINT- GERVAIS

    Métro: ligne 11 , stations Porte des Lilas ou Mairie des Lilas