• ACHILLE

    Le héros aux pieds d'argile

    L'inflation narcissique du héros et ses dangers

    Présentation de l'atelier

  • Achille est "l'enfant -héros", insignifiant et divin

    Le mythe du héros demi dieu correspond à la victoire de la conscience sur l’inconscient

    Que dit le mythe à propos d'Achille ?

    Sa mère Thétis est une déesse marine immortelle, que Zeus et Poséidon ont mariée de force à un mortel, le roi Pelée. De cette union est né Achille, un enfant supérieur à son père, mais inférieur aux immortels.
    Thétis donne l’immortalité à ce fils en le plongeant dans les eaux du Styx, un des fleuves des enfers, pour que son corps devienne invulnérable. Seul, le talon par lequel elle le tient n’est pas immergé, l’enfant demeure alors mortel, ce qui mènera Achille à sa perte. Le nom de ce héros est indissociable de la guerre de Troie où il combat vaillamment l’ennemi, dont le fils du roi Pryam, Hector, au côté du roi Agamemnon.
    L’Iliade est l’archétype de l’épopée guerrière, elle oppose les Grecs et les Troyens après que la belle Hélène femme du roi Ménélas est quitté le lit conjugal pour suivre le jeune pâtre Paris, qui n’est autre qu’un des fils de Pryam que ce dernier a abandonné à la naissance pour détourné l’oracle qui avait annoncé qu’il serait la cause de la perte de Troie.
    Les Dieux et Déesses de l’Olympe, choisissent leurs camps et se livrent bataille par l’intermédiaire des hommes dont ils se jouent, à l’identique des archétypes dans l’inconscient collectif et individuel.
    Achille abusé par le roi des Grecs Agamemnon se retire et confie son armure et ses armes à son ami de toujours Patrocle. Lors d’un affrontement avec Hector, ce dernier le tue. Cette mort déchaîne les pulsions meurtrières d’Achille qui va à son tour tuer Hector et profaner son corps en transgressant tous les codes d’honneur de l’époque, au grand désespoir du roi Pryam qui voit son fils privé de sépulture et de son séjour au paradis des héros.
    Achille, galvanisé par cette victoire, oublie qu’il est aussi mortel. Trop tard, Pâris, guidé par la main d’Apollon, décoche une flèche qui vient se loger dans le talon d’Achille qui meurt.

    Quelles sont les caractéristiques de ce héros ?

    Il est le guerrier, le plus grand, le plus courageux et le plus beau de l’armée d’Agamemnon. Les arts, la médecine, l’équitation, la musique, la stratégie guerrière lui sont enseignés par le centaure Chiron qui lui confiera une plante capable de guérir les blessures et qui porte le nom d’achillée. Il est nourri de la moelle de lion et des entrailles d’animaux sauvages pour développer son courage. Il incarne l’idéal moral du guerrier et héros homérique. Même son caractère ombrageux, voir orgueilleux n’entame le culte dont il fait l’objet dans toute la Grèce.
    Achille a un destin, dit l’oracle : il peut choisir une vie longue et sans gloire ou une vie courte et glorieuse. C’est l’option qu’il va retenir. Alors qu’il est encore adolescent, il choisit une vie courte, mais glorieuse, plutôt qu’une existence longue, mais sans éclat. La Persona l’emporte sur le Soi.
    Il pouvait prétendre à devenir l’égal de Dieu, il a préféré le monde des hommes et de leurs chimériques conquêtes.
    L’inflation narcissique et l’inflation psychique ont eu raison de lui.

    En quoi ce mythe parle de l'homme d'aujourd'hui ?

    Une lecture symbolique du mythe considère que les dieux et les déesses de l’Olympe sont les équivalents des archétypes de la psychologie des profondeurs.

    Leurs rivalités et leurs querelles s’exportent dans la vie des hommes qui ne se sont pas différenciés de ces forces obscures de l’inconscient. Achille « possédé », rivalise avec les dieux auxquels il s’identifie et en oublie son humanité, sa vulnérabilité et sa finitude. Lors de la guerre de Troie, Apollon les lui rappellera en bandant lui-même l’arc de Pâris qui décochera la flèche mortelle.Le « colosse aux pieds d’argile » s’effondre, comme bien d’autres avant et après lui.

    Le mythe de la virilité, de la domination et de l’invincibilité est un leurre, un détournement du processus d’individuation de sa finalité : l’Éros du Héros est perverti par l’inflation narcissique et psychique.

    Le héros est donc une synthèse de l’inconscient non encore humanisé et du conscient humain

    « Le Dieu est un être surnaturel pur ; le héros possède une nature humaine, mais poussée jusqu’à la limite du surnaturel (il est “demi-dieu”) écrit Jung.
    Si le Dieu surnaturel et immortel personnifie l’inconscient collectif, le héros quant à lui, est une nature humaine et mortelle et en même temps un demi-dieu.
    Le destin du héros-enfant est la préfiguration des évènements psychiques qui se déroulent ou cours du Processus d’individuation ; et les conditions de sa naissance représentent les difficultés qu’il rencontrera pour acquérir ce bien suprême qu’est le Soi.
    Jung rappelle que l’inconscient est une force instinctive qui dévore la conscience récemment acquise, car l’inconscient est toujours prêt à avaler ce qui est né de lui. De fait, l’impuissance de l’enfant est compensée par des exploits, des faits d’armes, etc.
    Le héros est de taille à affronter le danger, mais il finit par périr par “l’insignifiant” : pour Achille par son talon.
    “Le principal travail du héros est de remporter la victoire sur le monstre de l’obscurité : c’est la victoire espérée et attendue de la conscience sur l’inconscient… Le ‘devenir-conscient’ est peut-être l’expérience vécue la plus puissante des époques originelles, car par lui le monde, dont personne ne savait rien auparavant, est entré dans l’existence…
  • Pour en savoir plus

    Replay audio de l'atelier interactif

    3 heures d'écoute
    Tarif : 10€
  • Découvrez d'autres thématiques

    Consulter notre site

  • Coordonnées

    Dominique Baumgartner

    06.08.26.08.92

    dominique.baumgartner@cree-coaching.com

    26 avenue du Belvédère- 93310-

    LE PRÉ SAINT- GERVAIS

    Métro: ligne 11 , stations Porte des Lilas ou Mairie des Lilas