• Eve et le Serpent de la Genèse

    Moi et l'Autre à travers le mythe biblique

    L'altérité non acquise

    Présentation de l'atelier

  • L'altérité,

    la reconnaissance de l'autre dans sa différence

    L'altérité témoigne d'une maturité psycho affective acquise

    Que dit le mythe à propos de Caïn et d'Abel ?

    Le quatrième chapitre de la Genèse rapporte l’histoire d’Abel et Caïn, fils d'Adam et d'Eve.

    Caïn était cultivateur et Abel pasteur de petit bétail. Un jour les frères vinrent faire des offrandes à Yahvé. Caïn offrit les produits du sol et Abel offrit les premiers nés de son troupeau et leur graisse. Seule l'offrande d'Abel est agréée.

    Le quatrième chapitre de la Genèse rapporte l’histoire d’Abel et Caïn, fils d’Adam et d’Eve.
    Caïn était cultivateur et Abel pasteur de petit bétail. Un jour les frères vinrent faire des offrandes à Yahvé. Caïn offrit les produits du sol et Abel offrit les premiers-nés de son troupeau et leur graisse. Seule l’offrande d’Abel est agréée. Alors Caïn, le cultivateur jaloux, tue son frère Abel, le pasteur.
    « 1. l’homme s’unit à Ève, sa femme ; elle devint enceinte et donna naissance à Caïn. Elle dit : — avec l’aide de l’Éternel, j’ai formé un homme.
    2. Elle mit encore au monde le frère de Caïn, Abel. Abel devint berger et Caïn, cultivateur.
    3. Au bout d’un certain temps, Caïn présenta des produits de la terre en offrande à l’Éternel.
    4. Abel, de son côté, présenta les premiers-nés de son troupeau et en offrit les meilleurs morceaux. L’Éternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande ;
    5. mais pas sur Caïn et son offrande. Caïn se mit dans une grande colère, et son visage s’assombrit.
    6. L’Éternel dit à Caïn : — pourquoi te mets-tu en colère et pourquoi ton visage est-il sombre ?
    7. Si tu agis bien, tu le relèveras. Mais si tu n’agis pas bien, le péché est tapi à ta porte : son désir se porte vers toi, mais toi, maîtrise-le !
    8. Mais Caïn dit à son frère Abel : — allons aux champs. Et lorsqu’ils furent dans les champs, Caïn se jeta sur son frère Abel et le tua.
    9. Alors l’Éternel demanda à Caïn : — où est ton frère Abel ? — Je n’en sais rien, répondit-il. Suis-je le gardien de mon frère ?
    10. Et Dieu lui dit : — qu’as-tu fait ? J’entends le sang de ton frère crier vengeance depuis la terre jusqu’à moi.
    11. Maintenant, tu es maudit et chassé loin du sol qui a bu le sang de ton frère versé par ta main.
    12. Lorsque tu cultiveras le sol, il te refusera désormais ses produits, tu seras errant et fugitif sur la terre.
    13. Caïn dit à l’Éternel : —Mon châtiment est trop lourd à porter.
    14. Voici que tu me chasses aujourd’hui loin du sol fertile, et je devrai me cacher devant toi, je serai errant et fugitif sur la terre et si quelqu’un me trouve, il me tuera.
    15. L’Éternel lui dit : — eh bien ! Si on tue Caïn, Caïn sera vengé sept fois. Et l’Éternel marqua Caïn d’un signe pour qu’il ne soit pas tué par qui le rencontrerait.
    16. Caïn partit loin de l’Éternel : il alla séjourner au pays de Nod, le Pays de l’Errance, à l’orient d’Éden, le Pays des délices. »

    (version de la Bible du semeur, Gen.4)

     

    Moi et l'Autre, une équation complexe ?

    Les notions de Moi et d’Autre nous sont étrangères lorsque nous venons au monde. Cependant Moi et l’Autre sont deux entités psychiques indissociables. Leur coconstruction va relever d’un processus complexe qui débute dès les premiers mois de la naissance. En effet les expériences précoces avec l’environnement sont déterminantes et elles vont donner des contours plus ou moins définitifs à ces deux notions.
    À l’équation « l’Autre = Une présence ? Un absent ? Un appui ? Une menace ? », chacun d’entre nous y répondra et organisera son rapport à l’environnement en fonction de cette réponse qui lui est propre. Elle pourra compromettre ou pas la vie affective de l’adulte, nous condamnant à la répétition d’impasses relationnelles, échappant à notre volonté.

    En quoi ce mythe parle de l'homme d'aujourd'hui ?

    L’altérité est un concept philosophique forgé par le philosophe français Emmanuel Levinas. Il signifie « le caractère de ce qui est autre » ou « la reconnaissance de l’autre dans sa différence ». Aborder ce thème c’est questionner la place que l’Autre occupe dans notre vie psychique et par voie de conséquence dans nos interactions avec l’environnement.
    Si nous avons une compréhension intellectuelle de l’Autre, de ce qui est différent, étranger, dissemblable, il en est tout autrement sur le plan affectif.
    La maturité affective s’acquiert au terme du Processus d’individuation selon Jung ; elle en est même l’aboutissement ,auquel nous sommes conviés par nos expériences de vie.
    Le mythe biblique d’Abel et Caïn témoigne de ce que la maturité psychique d’un être humain se mesure à son aptitude à accepter la singularité d’un autre que lui : Caïn n’a pas accepté celle d’Abel qu’il tuera, sous l’emprise d’une pulsion incontrôlée, signature de son immaturité.

    La double réalité de l'être humain

    Sous le thème de la gémellité, le mythe d’Abel et Caïn exprime la double réalité de l’être humain : une psyché primaire nommée le Moi conscient et une psyché secondaire dit l’Inconscient. Le Processus d’individuation consiste à s’émanciper des forces obscures de l’inconscient qui s’empressent d’absorber la conscience acquise. Alors que dans la première partie de la vie un individu est confondu avec l’inconscient dont il est le jouet, la seconde partie va exiger de lui qu’il s’en différencie. L’homme agit par ses pulsions et ses instincts primaires, est sommé de les humaniser. Dans le mythe biblique Caïn est l’aîné, le plus grand, le plus conscient et il a échoué, car re identifié à son animalité, il a tué son frère de façon compulsive. La punition qui lui est infligée est à la hauteur de son crime : il est exilé dans une terre aride, en rupture avec sa nature ontologique et condamné à trimer.
    Cette double nature fait que l’homme est capable du meilleur comme du pire. Pour échapper au pire, il doit impérativement reconnaître les forces inconscientes qui le manœuvrent, dialoguer avec l’inconscient, cultiver sa terre. Pour reconnaître l’Autre à l’extérieur de lui, il doit reconnaître l’Autre qui en lui que Jung nomme l’Ombre.
    De la rencontre avec l’Ombre dépend la maturité psychoaffective et le retrait des projections qui lui sont associées.

  • Pour en savoir plus

    Replay audio de l'atelier interactif

    3 heures d'écoute
    Tarif : 10€
  • Découvrez d'autres thématiques

    Consulter notre site

  • Coordonnées

    Dominique Baumgartner

    06.08.26.08.92

    dominique.baumgartner@cree-coaching.com

    26 avenue du Belvédère- 93310-

    LE PRÉ SAINT- GERVAIS

    Métro: ligne 11 , stations Porte des Lilas ou Mairie des Lilas